Comment aménager une descente de garage ?

Aménager une descente de garage

Vous envisagez de construire un garage pour ranger vos véhicules ? Celui-ci nécessite également la réalisation d’une descente de garage adaptée et apte à supporter les passages répétés de vos voitures au quotidien. Quelles sont les règles à respecter pour la construction d’une descente de garage optimale ? Quels sont les revêtements les plus adaptés à la situation de votre allée de jardin. Découvrez tout ce qu’il faut savoir pour une descente de garage résistante et sans fissure.

Quel revêtement choisir pour une descente de garage ?

Le choix du revêtement pour une descente de garage revêt une importance capitale. En plus de l’aspect esthétique et décoratif, le revêtement choisi doit surtout être capable de résister aux passages répétés d’une ou plusieurs voitures sur la durée.

Il doit enfin se révéler pratique en termes d’entretien. L’allée classique en graviers ne sera pas par exemple pas adaptée à un terrain en pente car ils risqueraient de glisser entraînant ainsi une perte de matière et une rupture d’homogénéité de la pente. A l’inverse, le seul bitume lisse, bien que beaucoup plus dense et compact peut se révéler trop peu adhérent, tout particulièrement en cas d’aléas climatiques (pluie, neige voire forte chaleur). Heureusement, des revêtements plus complexes existent pour pallier ce genre de problématique. On recense notamment : 

Le revêtement bi-couche 

Le bi-couche est une superposition de graviers bitumés recouverts par une couche de gravillons. C’est un revêtement bon marché, d’entrée de gamme qui se révèle toutefois peu adapté aux descente de garage pentues. 

Le revêtement enrobé 

Solution plus complexe, elle consiste en un alliage homogène de bitume, de graviers et de sable posé en une seule couche. C’est une solution de plus en plus prisée pour son bon rapport qualité/prix. Ce type de revêtement nécessitera toutefois un système d’évacuation des eaux savamment pensé en amont compte tenu de son imperméabilité qui a tendance à laisser s’accumuler de l’eau stagnante.

Le dallage

Revêtement esthétique s’il en est, le dallage consiste en la pose de fines pierres plates sur un support préalablement intégré. Les dalles peuvent être en pierre naturelle, en granit ou encore en ardoise. Le support recevant les dalles sera lui généralement composé de tout-venant (mélange graviers-sable), de fibre de géotextile et d’une couche de sable épaisse.

Malgré son caractère décoratif indéniable, le revêtement en dallage peut se révéler glissant et donc parfois inadapté au passage de véhicules en plus de son caractère relativement onéreux. Il nécessite de plus un certain savoir-faire pour lequel le recours à un professionnel est pratiquement indispensable.

Le pavage 

Utilisant la même technique que le dallage, le pavage consiste à poser de petits pavés en pierre plus épaisses sur une structure identique (tout-venant, géotextile et sable) mais enfoncés plus profondément dans le sol. Le pavage permet un design affichant encore plus de détails. Comme le dallage, il se révèle en revanche coûteux, parfois glissant et difficile à réaliser pour un public non-formé.

Le béton  

Revêtement basique par excellence, le béton est une surface tout particulièrement adaptée à une descente de garage de par son uniformité, sa résistance et ses propriétés anti-dérapantes. Il peut donc supporter sans aucun problème les passages répétés de véhicules sans se déformer dans la durée. Il existe toutefois 2 techniques différentes pour une utilisation en tant que descente de garage : 

  • le béton désactivé : couche classique de béton sur lequel est appliqué un désactivant de surface retardant le prise du béton et permettant de faire apparaître des granulats maximisant l’adhérence. Très efficace, cette technique nécessite toutefois un système d’évacuation préalablement pensé compte tenu de son imperméabilité.
  • le béton drainant pour sa part se révèle lui beaucoup plus perméable et permet une adhésion encore plus forte grâce à sa forte porosité. Le béton drainant est en effet composé d’air à 35% ce qui lui permet de drainer l’eau de pluie sans difficulté afin qu’elle s’infiltre directement dans le sol. Très résistant, ce revêtement est aussi 15 à 20% plus cher que le béton désactivé.
Descente de garage en pavés

Comment aménager une descente de garage en pente ?

Avant toute chose, il vous faudra définir les caractéristiques de votre pente. Votre terrain est-il en pente douce ou en pente forte ? Cette question de la déclivité impactera de façon importante le choix du revêtement, le type d’évacuation et la structure globale de votre entrée de garage.

Déterminer la structure de la pente

Au-delà de 15% de pente, on considère en effet qu’il sera nécessaire de créer des paliers selon les différentes courbes de niveau. On parle alors de structure en escalier afin de réaliser une allée dite carrossable, apte à supporter les charges lourdes sans pour autant se déformer.

Pour délimiter ces différents niveaux, plusieurs procédés peuvent être utilisés comme notamment l’enrochement (entassement de roches ou de blocs de béton) ou encore la création d’un mur de soutènement (avec cage en acier). Ces précautions permettent en effet de prévenir les phénomènes d’érosion et de glissement de terre. Pour un dénivelé moins abrupt (moins de 15%), on considère à l’inverse que la pente pourra être conservée telle quelle en suivant le relief originel.

Une structure en pente nécessitera par ailleurs l’emploi de matériaux robustes tels que le béton désactivé, le gravier goudronné ou le bitume.

L’évacuation des eaux de la descente de garage

Une fois la pente appréhendée et le revêtement choisi, il vous faudra prévoir l’évacuation des eaux de ruissellement en pied de pente. Elle sera réalisée grâce à :

  • un profil de pente en travers : souvent utilisé pour la voirie, il consiste à créer un dévers d’au moins 2% pour une évacuation sur les côtés (à la manière d’un toit par exemple).
  • un caniveau transversal en bas de pente qui permettra de collecter les eaux de pluie pour les rediriger vers un exutoire ou un drain puis vers un puits perdu ou un réseau d’eaux pluviales. Ce caniveau devra être adapté au passage de véhicules et proportionné aux dimensions de l’allée de garage.
  • un seuil qui une fois posé empêchera l’eau de s’infiltrer sous la porte de garage, limitant ainsi l’humidité et préservant l’étanchéité du bâti notamment en cas de pluies abondantes. Cette partie des travaux est extrêmement importante dans le cas d’un garage transformer en pièce de vie.

La réalisation de la pente 

Les étapes préalables réalisées, l’aménagement concret de la descente de garage peut alors débuter. Pour garantir sa résistance, sa solidité et éviter la présence de mauvaises herbes, la construction devra se faire en 3 temps : 

  • le terrassement : une fois l’étendue de l’allée délimitée et l’inclinaison de la pente appréhendée, le creusement de la surface au sol pourra alors débuter. Ce décaissement sera réalisé selon la profondeur nécessaire à la couche et la sous-couche qui dépendra principalement du type de revêtement utilisé.
  • la création de la sous-couche : se doit d’être résistante aux allers et venues, elle se voudra épaisse (de 20 à 30 cm) et composée le plus souvent d’un mélange de matériaux concassés (grave, falun) recouverte d’une couche de sable. L’ensemble sera ensuite compacté à l’aide d’une dame ou d’une plaque vibrante.
  • la pose du revêtement avec le remplissage de la fouille sur une quinzaine de centimètres selon le type de revêtement choisi (béton, pavé, dalles etc.).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.